Le week-end Hauts et courts est un moment particulier dans la saison du cirque-théâtre à Elbeuf. Ce sont deux jours pour découvrir des petites formes circassiennes dans divers lieux de la salle. Les 18 et 19 mai, Mathurin Bolze, acrobate et metteur en scène, est aux commandes de ce parcours artistique partagé avec sa compagnie Les Mains, les pieds et la tête aussi et Le Poème harmonique.

Qu’est-ce qu’un utopiste ? Pour Mathurin Bolze, c’est « une personne lucide qui reste rebelle. Nous avons besoin d’utopies pour vivre dans l’espoir, dans la projection, dans l’invention, dans le désir de nous rassembler ». Cette idée fera son chemin pendant le week-end Hauts et courts qui se tient les 17 et 18 mai au cirque-théâtre à Elbeuf. Cette saison, cette nouvelle séquence revêt en effet les couleurs du festival utoPistes, lancé par l’acrobate et sa compagnie, Les Mains, les pieds et la tête aussi pour dessiner le paysage de la création contemporaine.

Avec Mathurin Bolze, ce parcours artistique est à suivre avec deux agrès. Tout d’abord la roue. « Elle est un premier enjeu de la rencontre. Aujourd’hui, j’ai suffisamment d’expérience pour prendre des risques heureux. Elle a encore beaucoup de secrets pour moi. J’en ai pas encore fini avec elle mais elle me permet d’envisager de multiples narrations ». Pendant Hauts et Courts, Mathurin Bolze propose un solo avec une roue mécanique, La Marche. « Le texte de Frédéric Gros, Marcher, une philosophie, a ouvert des imaginaires. J’ai voulu retrouver l’essence des mon qui m’a permis de retrouver une poésie. La marche, c’est quelque chose de tellement simple. C’est juste une promenade, une flânerie ».

La roue encore avec Juan Ignacio Tula. L’artiste brésilien évolue avec deux grands cercles. Instante est une réelle performance physique qui l’emmène dans des mouvements giratoires perpétuel, dans une danse semblable à celle des derviches tourneurs. Une danse dans laquelle la seule issue s’avère l’épuisement.

Et aussi le trampoline

Mathurin Bolze a révolutionné également la pratique du trampoline. Figure incontournable du cirque contemporain, il a séduit avec la poésie de Fenêtres, un solo transmis à Karim Messaoudi. Les deux artistes se retrouvent dans un Impromptu. « Karim est un acrobate magnifique, un humain délicieux. J’ai beaucoup d’amitié, de respect et d’admiration pour lui. Nous avons à peu près le même parcours à une quinzaine d’années de différence. Dans Fenêtres, il était question du double. Nous allons reprendre cette image du frère, de l’ombre ».

Pour le quatrième spectacle de Hauts et courts, Redevenir un homme, acte premier, Karim Messaoudi avec le collectif Kurz Davor racontent une histoire de science fiction sur un monde en transformation. Quand un être se réveille, il apprend que son corps sera complètement réinitialisé pour devenir une créature étrange. 

Hauts et courts est un parcours en quatre étapes dans tout le cirque-théâtre où le cirque s’habille des couleurs des musiques italiennes du XVIIe siècle de Monteverdi, Cavalieri interprétées par le Poème harmonique de Vincent Dumestre.

Infos pratiques

  • Samedi 18 mai à partir de 18 heures, dimanche 19 mai à partir de 15 heures au cirque-théâtre à Elbeuf.
  • Spectacle tout public à partir de 8 ans
  • Tarifs : 17 €, 13 €. Pour les étudiants : carte Culture.
  • Réservation au 02 32 13 10 50 ou sur www.cirquetheatre-elbeuf.com