Avant le 6e jour

par | 30 septembre 2014 | Cirque, En famille

C’est Le 6e Jour, titre d’un magnifique spectacle interprété par Catherine Germain. Là, elle est Arletty, clown ô combien attachant qui raconte la Genèse du 2 au 4 octobre au cirque-théâtre à Elbeuf.

 

photo Christophe Raynaud de Lage

photo Christophe Raynaud de Lage

Revoilà Arletty ! Arletty, c’est une petite bonne femme, pleine de douceur, de poésie, de tendresse, de sensibilité, aussi d’humour et d’inventivité. Elle débarque toujours avec un chapeau minuscule, un petit nez rouge, un long manteau et des chaussures trop grandes. Le sourire est facétieux, les yeux malicieux, la démarche, un peu maladroite. Arletty est un personnage inoubliable, créé par Catherine Germain.

 

Dans Le 6e Jour, une pièce écrite avec François Cervantès, Arletty joue les espiègles. Elle a volé le cartable d’un conférencier qui s’est endormi au pied d’un arbre. Maintenant, c’est à elle de raconter la Genèse. Elle se retrouve sur une scène où sont installés une table, une chaise, un téléphone, une carafe d’eau et un porte-manteau. Or, tout est trop grand pour elle. Face au public, elle n’a plus le choix que de parler. Dans cet exercice délicat de la conférence, Arletty n’est pas très à l’aise, s’accommode de quelques vérités, mélange quelques épisodes. Bref, elle raconte l’histoire à sa manière du premier au cinquième jour. Il y a ensuite un accident de parcours et Arletty ne peut poursuivre son exposé. L’arrivée de l’homme reste alors un mystère.

 

Le 6e Jour est un prétexte pour Arletty à se découvrir elle-même. Elle est confrontée à un monde qui la dépasse et qui ne ressemble en rien à celui qu’elle a imaginé pour elle. Ce sont toutes ses émotions, ses inquiétudes, sa joie de vivre qui s’expriment à travers son corps.

 

  • Jeudi 2 octobre à 19h30, vendredi 3 et samedi 4 octobre à 20h30 au cirque-théâtre à Elbeuf. Tarifs : de 15 à 8 €. Réservation au 02 32 13 10 50 ou sur www.cirquetheatre-elbeuf.com
  • Spectacle tout public à partir de 10 ans.
  • Rencontre avec Catherine Germain lors d’un Bord de piste à l’issue de la représentation du 3 octobre.

À lire également