20 ans ! C’est l’âge du Kalif. Un bel âge pour ce lieu des musiques actuelles rouennais qui a traversé des tempêtes. L’anniversaire se tient samedi 7 mai. Il est ponctué de cours d’initiation et de concerts.

 

kalifequipeL’histoire du Kalif n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. Pour Stéphane Maunier, directeur de la structure rouennaise, elle ressemble à « une onde ». Cette ligne sinueuse reste certes continue mais le Kalif a connu des périodes troublées. « Il y avait même un fin annoncée. Les locaux qui accueillaient 400 musiciens étaient en piteux état. De 11 salariés, on est passé à 3. Pour moi, on était seulement à la genèse de l’aventure. Il fallait tout recommencer », rappelle Stéphane Maunier. C’était en 2006.

 

Le Kalif a été « un lieu imaginé par des musiciens pour des musiciens ». Il était ensuite essentiel de dessiner un cadre qui permettait à la structure de se développer. Aujourd’hui, le Kalif, c’est 9 salariés, 6 studios de répétition, 5 salles de cours et une salle de concert. C’est aussi un atelier de lutherie, un collectif de graphistes et une école de musique avec 250 élèves. Sans oublier les interventions auprès des personnes en situation de handicap, privées de liberté, l’organisation des Terrasses du jeudi. « Nous programmons une soixantaine de groupes par an. Il était important de revenir à la scène. Cela permet de travailler avec des associations, de monter des co-productions et d’avoir des propositions musicales différentes ».

 

Quel est l’avenir pour le Kalif ? « Il était une bulle pour s’évader. Aujourd’hui, cette bulle a perdu de son étanchéité. Et cela touche au cœur de la politique. Tout est en pleine mutation », remarque Stéphane Maunier. Le Kalif est désormais une équation à plusieurs inconnues. Il est vrai que la structure est à l’étroit dans les locaux de la route de Darnétal. « Si nous nous installons dans ce fonctionnement, ce sera de plus en plus compliqué. Nous menons une réflexion sur nos capacités de développement, sur la pratique du lieu liée à l’évolution des envies. Les gens continuent à jouer de la musique et nous obligent à imaginer un ailleurs ». Un ailleurs qui n’est pas encore dessiné. Néanmoins, « nous sommes contents d’avoir 20 ans. C’est encore l’âge du rêve et on ne va pas se priver ».

 

Le programme du samedi 7 mai

  • 10 heures–12h30 : cours d’initiation
  • 10 heures-21 heures : portes ouvertes de l’école et des locaux de répétition
  • 12h30-14h30 : barbecue géant
  • A partir de 13h30 : concert en extérieur avec King Biscuit (13h30), The Sharkettes (14h45), Sunddunes (15h45), Dallas (16h45), Hot Slap (17h45), Sebastian Erik Klein (19h30)
  • A partir de 18h30 : concert dans Le Kalif avec Xixa (18h30), Holywood Porn Stars (21 heures), Kinkeliba (22h30), Aeon Seven (23h30)

 

Entrée libre