Paul Farcy sera samedi 9 novembre aux côtés d’Elias Sanbar au Volcan au Havre. Il traduira en langue des signes Et La Terre se transmet comme la langue, un spectacle écrit à partir des poèmes de Mahmoud Darwich.

On les voit de temps en temps sur les plateaux de théâtre. Les structures culturelles font appel à eux et à elles lors des présentations de saisons et des spectacles. C’est le cas au Volcan au Havre, au CDN de Normandie Rouen et au cirque-théâtre à Elbeuf. L’objectif : rendre la culture accessible à tous, notamment aux personnes sourdes et mal-entendantes. Paul Farcy est un des traducteurs en langue des signes de Liesse, basé à Rouen. Il sera aux côtés d’Elias Sanbar samedi 9 novembre au Volcan au Havre dans Et La Terre se transmet comme la langue.

Pour Paul Farcy, la langue des signes est « un hasard de la vie. Un jour, j’ai croisé deux personnes sourdes dans un bar et je suis devenu curieux de leur langue ». Il l’a apprise il y a sept ans à l’université de Toulouse. Comme les autres membres de Liesse, il accompagne les personnes sourdes dans leur quotidien et se retrouve au milieu des artistes sur les scènes de théâtre. « Je me considère comme un pont entre deux langues, entre deux cultures. Ce sont véritablement deux cultures, celle des entendants et celle des sourds ». 

« Être un pont »

Tous les jours, les traductrices et traducteurs de Liesse effectuent un travail de précision et de fidélité. Au théâtre, « c’est un travail d’adaptation qui demande beaucoup de préparation. Nous avons besoin d’échanger avec les artistes et de faire des filages. C’est très important  pour être au plus juste dans le fond et dans la forme. Nous utilisons différents canaux de communication. Dans la langue des signes, c’est le corps qui s’exprime à travers les mains. Nous faisons attention à la posture, à l’intensité des mouvements, au regard… Nous avons aussi une place d’interprète mais sans voler la vedette aux comédiens ». 

Paul Farcy

Paul Farcy a fait partie de l’aventure Mesdames, messieurs et le reste du monde du CDN de Normandie Rouen. « Ce fut un grand plaisir de traduire ces épisodes sur des sujets qui me touchent particulièrement ». Avec Et La Terre se transmet comme la langue, Le traducteur s’attaque à la poésie. Il a tout d’abord étudié les textes de Mahmoud Darwich, ses références, le contexte géo-politique. « Dans ce spectacle, on ne peut pas se contenter de faire comprendre. Il faut faire quelque chose de beau parce que la poésie, c’est beau. Je me dois de créer des images poétique afin que chacun puisse s’émerveiller, s’imaginer cet univers ».

Sur scène, pas de par cœur. « Il faut traduire en fonction de la sensibilité du moment, du rythme et de l’intonation de la voix ». Avant la représentation, Paul Farcy ne le cache pas : « je vais avoir le trac ».

Infos pratiques

  • Vendredi 8 novembre à 20h30, samedi 9 novembre à 17 heures au Volcan au Havre.
  • Représentation en langue des signes le samedi 9 novembre
  • Tarifs : de 18 à 5 €. Pour les étudiants : carte Culture.
  • Réservation au 02 35 19 10 20 ou sur www.levolcan.com