La vie est un combat. Le Galactik Ensemble, une formation de cinq circassiens, évoque cette lutte quotidienne dans leur première création, Optraken, qui se joue jeudi 5 et samedi 7 octobre au cirque-théâtre à Elbeuf.

C’est une métaphore de la vie. Optraken raconte le combat que chacun mène pour ne pas être à terre. « Notre monde tourne incessamment et nous n’avons pas toujours d’emprise sur lui. Alors nous devons nous battre. Et nous nous battons tous les jours contre quelque chose. D’ailleurs, nous ne savons pas toujours contre quoi. Certainement contre cette marche du temps. Lors de notre travail, nous avons cherché l’angle sous lequel nous pouvions aborder le rapport physique à la vie ».

Karim Messaoudi est un des cinq circassiens du Galactik Ensemble, tous auteurs et interprètes d’Optraken, un spectacle créé jeudi 5 et samedi 7 octobre au cirque-théâtre à Elbeuf. Ces artistes se connaissent depuis leur formation à l’école nationale des arts du cirque à Rosny-sous-Bois. Après des expériences personnelles, les cinq acrobates se retrouvent dans ce collectif pour appréhender leur discipline différemment. « Il a fallu trouver une sorte de chemin. Nous ne voulions pas être dans le démonstratif. L’acrobatie, ce n’est pas seulement une performance, c’est de l’humain. Ce sont des corps qui sont mis en jeu », explique Karim Messaoudi.

Une réelle mécanique

Les corps sont sans cesse sollicités dans Optraken où l’univers reste hostile. Avec le Galactik Ensemble, tout est imprévisible. Et tout est instable. L’espace de jeu se transforme constamment pendant une heure. Le sol se dérobe sous les pieds, il devient glissant, il est aussi jonché de pièges. Et ce n’est pas tout. Quand le danger ne vient pas du sol, il arrive du ciel. Des sacs de farine tombent. Des projectiles en tout genre surviennent de toutes parts.

Le Galactik Ensemble s’est inspiré des scènes du quotidien pour écrire Optraken mais aussi du burlesque de Keaton. Il a mis en place une véritable mécanique d’une précision redoutable. « Si on ne fait pas attention, les choses peuvent être dangereuses. Il faut être très concentré ». A la fin, les cinq circassiens qui ont su rebondir et éviter la chute sont debout. « Nous ne sommes pas à la recherche d’un équilibre parfait mais nous ne voulons pas non plus nous retrouver le cul par terre. L’humain est là, fait tout pour ne pas tomber malgré le chaos ». Une forme de résistance.

  • Spectacle tout public à partir de 8 ans.
  • Jeudi 5 octobre à 19h30 et samedi 7 octobre à 18 heures au cirque-théâtre à Elbeuf. Tarifs : de 16 à 9 €. Pour les étudiants : carte Culture. Réservation au 02 32 13 10 50 ou sur www.cirquethéâtre-elbeuf.com