photo Lisa Carletta

photo Lisa Carletta

Cela fait plus de dix ans qu’Emilie Simon explore des idées musicales. Un nouvel album, Mue, sorti en mars dernier, puis une tournée qui passe vendredi 17 octobre par le 106 à Rouen.

 

La suite de l’histoire musicale d’Emilie Simon s’appelle Mue. Impossible de ne pas faire le lien avec le précédent album, Franky Knight, écrit après la disparition brutale de son compagnon et aussi bande originale de La Délicatesse des frères Foenkinos. La chanteuse semble entamer un autre départ. Les titres de Mue sont empreints de lumière, d’espièglerie et portés par une voix scintillante mise en avant, des orchestrations riches, des sonorités d’ailleurs et de petites trouvailles électroniques.

 

Emilie Simon a aimé New York. « C’est une ville où les choses sont plus directes, plus frontales mais moins poétiques. Cette ville m’allait bien à un moment et ressemblait à ce que j’aimais ». Dans Mue, elle sublime un Paris d’il y a cent ans dans Paris, J’ai pris perpète. « Paris est une ville particulière qui a une histoire, une histoire avec l’art, une personnalité qui change, une sensibilité, une sensualité. Je me suis laissée influencer par ce que j’idéalisais : la tour Eiffel toute neuve, le métro… Tout cela est poétique ».

 

 

Les lieux influencent Emilie Simon. Autant les grands espaces – elle a signé la bande originale de La Marche de l’empereur – que les endroits plus intimes. « J’aime les ambiances, les atmosphères, la façon dont ont les gens de communiquer, l’architecture, les couleurs, les parfums ».

Il y a beaucoup de magie, de féerie, de charme, de clair de lune, de rêve, de mélancolie dans Mue. C’est tout un décor romantique et très féminin qui se dessine dans cet album ambitieux.

 

  • Vendredi 17 octobre à 20 heures au 106 à Rouen. Tarifs : de 26 à 10 €. Réservation au 02 32 10 88 60 ou sur www.le106.com