photo Matt Dine

photo Matt Dine

Le Guide de disques américains le considère comme « un altiste exceptionnel ». Le Neue Zürcher Zeitung de Zurich l’encense pour sa « sonorité chaleureuse et intime ». Né à New York en 1980, Mark Holloway a commencé ses études d’alto à 8 ans avant de poursuivre sa formation à l’université de Boston, à Philadelphie. L’altiste se produit en musique de chambre dans de nombreux festivals aux Etats-Unis, en Europe et en Amérique du Sud. Mark Holloway fait partie de la colonie de musiciens du festival Musique de chambre à Giverny où il interprète un Quintette de Brahms, les Mélodies nordiques de Grieg, un Octuor de Gade, la Suite de Porgy and Bess de Gerschwin.

 

 

 

 

 

Pourquoi avez-vous accepté l’invitation du festival ?

Il y a tout d’abord l’endroit lui-même. Giverny est un lieu particulier qui a accueilli beaucoup d’artistes, les peintres et les musiciens, et qui inspire. L’esprit de tous ces artistes est là. Et la nature est belle.

 

Vous avez découvert Giverny avec le festival.

Non, je suis venu à Giverny juste un an avant ma première invitation au festival. Je suis venu en tant que touriste. J’avais visité le musée, le jardin… J’avais été très étonné par les couleurs et la lumière de ce lieu. Tout est différent ici.

 

Est-ce différent de venir jouer à Giverny ?

Il y a une autre ambiance ici parce que nous avons des relations différentes entre les musiciens. Nous n’avons pas des rapports traditionnels entre nous. Nous ne sommes pas avec nos professeurs et nous pouvons jouer plus librement. Par ailleurs, j’aime venir à Giverny parce qu’il est possible de faire de nombreuses rencontres avec les compositeurs et avec les musiciens. Cela fait cinq ans que je participe au festival, je suis ici comme dans une famille. Comme nous jouons beaucoup, cela me donne toute l’énergie dont j’ai besoin pour l’année.

 

Qu’avez-vous appris au festival ?

Pour chaque concert, nous devons déterminer une interprétation et il faut être prêt en deux jours. Cela permet d’aller à l’essentiel et incite à trouver de nouvelles idées.

 

Que vous apportent les musiciens séniors ?

Ils partagent leur plaisir, leur expérience. Ils ont aussi une forme de sagesse que nous n’avons pas. J’ai joué un trio de Beethoven avec Clara Lyon et Michel Strauss qui est très exigeant. Tous ces musiciens nous font avancer. De plus, ils nous considèrent comme des collègues et nous respectent vraiment.

 

Pourquoi êtes-vous devenu musicien ?

J’ai su que je voulais devenir musicien à l’âge de 15 ou 16 ans. C’est en fait la musique de chambre qui a changé ma vie. Quand j’ai entendu pour la première fois le Quintette de Brahms avec piano et cordes, j’ai été captivé.

 

Pourquoi la musique de chambre en particulier ?

Pour interpréter de telles pièces, il faut avoir un avis sur la musique, réfléchir sur ce qu’a écrit le compositeur. C’est comme raconter une histoire. Il faut donner davantage de soi et s’engager avec les autres.

 

Le programme du festival

  • Mercredi 28 août à 20 heures : Folksongs en l’église de Notre-Dame-de-L’Isle
  • Jeudi 29 août à 20 heures : Les Moments musicaux en l’église de Giverny
  • Vendredi 30 août à 20 heures : Musique française d’hier et d’aujourd’hui au musée des impressionnismes à Giverny
  • Samedi 31 août à 15h30 : Le romantisme à la française en l’église de Giverny
  • Samedi 31 août à 20 heures : Aurores boréales au musée des impressionnismes à Giverny
  • Dimanche 1er septembre à 15h30 : American dreams au musée des impressionnismes à Giverny

 

Infos pratiques