L’EMS a aussi sa saison

par | 3 septembre 2020 | Vie culturelle

Un an après l’ouverture de l’espace Marc-Sangnier, la ville de Mont-Saint-Aignan se dote d’une saison culturelle éclectique et grand public.

Le tout nouvel espace Marc-Sangnier est un lieu culturel partagé. D’un côté, le centre dramatique national de Rouen Normandie avec une programmation pluridisciplinaire et de l’autre, la ville de Mont-Saint-Aignan avec une bibliothèque, l’école d’improvisation de jazz, le Cefedem… Un an après son ouverture, la municipalité a souhaité avoir sa propre saison culturelle. 

« C’est l’aboutissement d’une longue période compliquée, hors les murs, commencée en 2011, se réjouit la maire, Catherine Flavigny. Mont-Saint-Aignan a une tradition et une identité culturelles. Les propositions du CDN peuvent paraître parfois un peu élitiste et s’adresser à un public particulier. Il y a une volonté d’avoir une offre plus large, plus diversifiée afin de répondre aux attentes des habitants ».

Deux nouveaux festivals

C’est Laurent-Martin Schmit qui a été chargé de cette programmation qui commence vendredi 11 septembre avec la compagnie Retouramont et une Danse des Cariatides sur la façade de l’EMS. La suite ? Le directeur de la vie culturelle a voulu poser des points de repères : un à deux spectacles, quelle que soit la discipline, chaque mois, avec un rendez-vous grand public le vendredi soir et une représentation jeune public le dimanche matin suivie d’un concert des élèves du conservatoire de Rouen.

Outre Retouramont, cette première saison s’est construite avec les compagnies Ne dites pas non vous avez souri, Teknaï, Le Clan des Songes, La Libentère, Baccala, Mumbo-Jumbo, La Rousse, avec Sandrine Anglade qui crée La Tempête de Shakespeare, avec la Maîtrise de Seine-Maritime, avec le quintet vocal Cinq de Cœur… En tout 32 spectacles. À noter deux temps forts. Le premier sera une Semaine de la différence, du 17 au 21 mars, avec plusieurs propositions sur l’altérité. Le premier festival de ciné-concerts se tiendra du 20 au 25 avril pour « revisiter les films du répertoire et plus contemporain », précise Laurent-Martin Schmit.

Durant cette saison, le hall de l’EMS se transformera en une galerie d’art contemporain avec une succession d’expositions. Dov Melloul évoquera l’ambiguïté de l’existence dans une peinture influencée par la danse. Une Nuit d’ébauches, ce sera avec Denis Godefroy en janvier et février 2021 après une restitution d’une œuvre peinte en 1993 lors d’une performance réalisée à Mont-Saint-Aignan.

Cette programmation veut ainsi dessiner La Vi(ll)e, demain, titre de cette première saison de l’EMS.

Infos pratiques

  • Saison complète sur www.montsaintaignan.fr
  • Présentation vendredi 11 septembre à partir de 18h30 avant le spectacle de la compagnie Retouramont, Danse des Cariatides
  • photo : Pss Pss de Baccala © Pierre Coletti

À lire également

Donec Lorem dictum dolor. libero id justo nec lectus id