Claude Viallat a réalisé de grands formats peints sur des toiles de tente militaire. Des oeuvres radicales mises en valeur au centre d’art contemporain.

 

Photo David Morganti

Photo David Morganti

Le centre d’art contemporain à Saint-Pierre-de-Varengeville est envahi jusqu’au 23 juin de tentes militaires. Voilà l’œuvre de Claude Viallat, un des plus grands peintres français et membre fondateur du groupe Supports-Surfaces, exposé dans les grands musées de France et étrangers. Pour cet artiste, né à Nîmes, il n’était pas évident  de travailler sur cette toile ; les terribles images de la guerre d’Algérie sont fortement ancrées dans sa mémoire. Peindre alors sur un support enduit ? Ce n’était pas satisfaisant pour Claude Viallat. Influencé par Auguste Chabaud qui utilisait du papier de boucherie kaki à cette époque, il a choisi de travailler avec cette couleur.

Sur cette toile dont il accepte aussi toutes les aspérités, les ajouts et le format, Claude Viallat multiplie cette forme, simple et inhérente à ce travail depuis quarante ans. Une forme, impossible à définir, peut-être une éponge déformée ou un haricot, qui résulte d’une déformation d’une palette après un nettoyage trop intensif. Il n’y a rien de symbolique mais le peintre a trouvé là une manière d’éviter une question complexe et paralysante : qu’est-ce que je vais peindre aujourd’hui ? Comme Claude Viallat n’a pas d’intention de résultat, il accepte la couleur telle que le tissu la restitue. Ses œuvres radicales sont ainsi constituées d’empreintes colorées, le fruit d’une riche inventivité et d’un jeu infini où il poursuit une recherche d’une certaine complexité dans l’abstraction.

  • Entrée libre. Renseignements au 02 35 05 61 73
  • Le centre d’art contemporain organise une visite commentée de l’exposition ce dimanche 23 juin à 15 heures