COVID 19 : Pas de concerts. Pas de spectacles. Pas d’expositions… nous avons une belle pensée et apportons tout notre soutien à tous les acteurs et actrices du monde culturel, particulièrement affectés par cette mesure. Prenez soin de vous. Restez chez vous et toujours aussi curieux !

Pop éthérée

par | 13 juin 2014 | Concert

Ne jamais refaire ce qui a déjà été fait. My Little Cheap Dictaphone ouvre à chaque album de nouveaux horizons. The Smoke behind thé sound transporte dans des bulles soyeuses. Le groupe belge joue vendredi 13 juin au parc des Provinces à Grand-Quevilly lors du Printemps au parc.

 

photo Maelle André

photo Maelle André

C’était un tournant dans la vie de My Little Cheap Dictaphone. Avec The Tragic Tale of a Genius, sorti en 2010, le groupe belge ose. Il écrit un album-concept, un opéra-rock moderne avec une orchestration flamboyante. « C’était un one shot. Nous voulions sortir de cette niche », déclare Michael « Redboy » Larivière.

 

Nouveau virage : My Little Cheap Dictaphone oublie les cordes, les cuivres, opte pour les synthés et préfère la touche eighties. The Smoke behind the sound est un album d’atmosphères où se mêlent l’élégance et la mélancolie. « Nous souhaitions offrir des voyages, plonger le public dans un univers. Comme s’il allait voir un film ». C’est une suite de dix ambiances éthérées, planantes, de dix rêves à peine éveillés. Avec My Little Cheap Dictaphone, on se retrouve en suspension, entre terre et ciel. Le temps d’une réflexion. « Dans cet album, il est beaucoup question de changement, de remise en question. Où est le confort aujourd’hui ? Pourquoi ce rythme métro-boulot-dodo qui recommence sans cesse ici ou ailleurs ? Toutes ces interrogations me sont apparues quand j’ai eu 30 ans. Cela ressurgit dans les chansons puisque j’ai entamé la phase d’écriture à ce moment-là ».

 

Pour Redboy, The Smoke behind the sound reste « l’album le plus abouti du groupe. Avant, j’apportais les morceaux. Désormais, nous avons voulu les composer ensemble. Nous nous sommes enfermés dans un mas en Provence et nous avons pris le temps de développer nos idées. L’isolement est propice à l’inspiration, à la création. C’est une œuvre collective », un vrai bijou de pop indé qui a un pouvoir magnétique.

 

 

  • Vendredi 13 juin à 21 heures au parc des provinces à Grand-Quevilly. Concert gratuit.
  • A 19h45 : tribute to Sting et Police par l’EMAG

À lire également

eleifend ut ut quis, ipsum felis sed consequat. luctus dolor.