Sebastian Erik Klein sera le fil rouge de cette première soirée des Terrasses du jeudi à Rouen. Le 4 juillet, le dj tissera des liens musicaux entre Steeple Remove, Tahiti 80 et Christine. 

Son nom est associé à la scène musicale rouennaise. Depuis plusieurs années, il agit dans l’ombre — une place qui lui sied à merveille —pour porter de jeunes groupes locaux, partager ses dernières découvertes régionales ou parisiennes et agiter quelques soirées dans les bars de Rouen. Fait rare : Sébastien Petit se pose sur le devant de la scène pour devenir Sebastian Erik Klein lors des concerts d’ouverture des Terrasses du jeudi le 4 juillet. 

Pourtant la musique n’a pas toujours été sa passion première. « Jusqu’à 20 ans, elle ne me parlait pas ». Pas d’écoute donc. « Mes copains étaient fous de métal. Ça ne m’intéressait pas ». Pas de pratique non plus. « Je n’ai jamais cherché à être musicien. J’ai essayé d’apprendre à lire la musique. C’est un langage que j’aime mais que je ne maîtrise pas. J’écoute avant tout avec le cœur. Je suis plus dans l’émotion ». À 20 ans, il y a eu un choc musical : la sortie de Nevermind de Nirvana. « Ce disque m’a amené à Pearl Jam, Neil Young… ». Autre révélation : The Roots, groupe de hip-hop américain qui « joue avec de véritables instruments. Ils m’ont conduit vers le hip-hop des années 1990 et 2000 ». Et la musique lui a également ouvert le chemin vers la danse et le cinéma.

Partager la musique et des valeurs

Aujourd’hui, Sébastien Petit ne cache pas son « addiction à la musique. J’ai tellement de choses à rattraper parce que j’ai l’impression d’en avoir ratées ». Il enchaine les lectures et les concerts à Rouen, Paris, Lille ou Rennes, collectionne les disques, provoque les rencontres. « Il y a toujours à découvrir avec les artistes et le public qui ne sont jamais avares de conseils. Notamment à Rouen où il y a beaucoup de salles et où tous les styles musicaux sont représentés ».

Sébastien Petit n’est pas seulement un auditeur. Il ne compte pas son temps pour donner un coup de pouce aux jeunes formations. Il a commencé au lycée avec La Sentence. « Mes copains voulaient monter un groupe comme The Roots et j’étais chargé de trouver des dates. Cela n’a pas vraiment marché ». Il a créé quelques websites, participé à la vie d’Avis de Passage en tant que bénévole pendant trois ans. Au fil des années, il a su tisser un réseau à côté de tout circuit professionnel pour « partager des coups de cœur avec les autres ». Un geste généreux pour les groupes à la recherche de dates de concerts et pour les publics désireux de découvrir de nouveaux artistes.

Sébastien Petit a une autre corde à son arc. Pour celle-ci, il doit sortir de l’ombre. L’informaticien se nomme alors Sebastian Erik Klein et endosse les habits de « pousse-disques », comme il se définit. « La première fois, c’était il y a quatre ans à L’Emporium lors des Pluriels après un désistement. Je ne savais pas faire mais on m’a balancé dans la cave. J’ai réussi à faire danser les gens. C’était génial ». Sa playlist : « des titres très dansants avec beaucoup de basse », entre brit-pop, post-punk et electro. Aux Terrasses du jeudi, il y aura trois moments pour découvrir les goûts musicaux de Sebastian Erik Klein.

Le programme des Terrasses du jeudi à Rouen

Jeudi 4 juillet

  • 18h30 et 20h15, place du 19 avril 1944 : King Biscuit
  • 18h45, place des Carmes : La Gammine
  • 19 heures et 20h45, rue Eau-de-Robec : Johnny and Rose
  • 19h15 et 21 heures, place du Vieux-Marché : Kinkeliba
  • 20h30, place des Carmes : Vilain Cœur
  • 20 heures, place Saint-Marc : DJ Sebastian Erik Klein, Steeple Remove, Tahiti 80, Christine

Jeudi 11 juillet

  • 18h30, espace du Palais : Le bal swing des Terrasses
  • 18h45 et 20h30, place des Carmes : Turbo Niglo
  • 19 heures et 20h45, place de la Pucelle : Dôgô Foly
  • 19h15 et 21 heures, rue Eau-de-Robec : Gene Clarksville
  • 19h30, place Saint-Marc : Feathers and Greed et Requin Chagrin

Jeudi 18 juillet

  • 18h45, place du Vieux-Marché : ADM
  • 19 heures et 20h45, espace du Palais : Burking Youth
  • 19h15 et 21 heures, place Barthélémy : Lady Arlette
  • 19h30, place du Général-de-Gaulle : Ellah A. Thaun, We Hate You Please Die
  • 20h30, place du Vieux-Marché : Billet d’humeur

Jeudi 25 juillet

  • 18h30 et 20h15, place des Carmes : Ameriga
  • 18h45 et 20h30, place Barthélémy : Marcus & Cookie Monkey
  • 19 heures et 20h45, rue Eau-de-Robec : You
  • 19h15, place de la Pucelle : Animal Tristé, Tankus The Henge
  • 19 heures, place des Emmurées : Dj Aeon Seven, Sango Ndedi Ndolo, Dope Saint Jude, Orchesta Mendoza