Sarah W_PapsunOuest Park, c’est quatre jours de musique au cœur du fort de Tourneville au Havre. Quatre jours pour découvrir le nouveau set d’Ez3kiel, revoir Griefjoy, Aloha Orchestra, Vitalic, Selah Sue, Fakear… Le festival commence jeudi 16 octobre avec notamment Sarah W_Papsun, Six Parisiens à l’énergie débordante qui conçoivent leur concert comme une longue traversée musicale sinueuse entre pop rock electro. Il y a chez eux une force scénique, une puissance jubilatoire et un réel plaisir de jouer ensemble. Formé en 2008, Sarah W_Papsun a sorti son premier album, Peplum, l’année dernière. Interview avec Sylvain, guitariste du groupe.

 

Vos concerts sont de véritables marathons. Est-ce une formule qui peut changer ?

Non, nous allons rester sur ce principe. C’est la base fédératrice du groupe. Tout est écrit pour le live. L’enregistrement est venu bien après. Nous avons conçu notre set comme un seul morceau que l’on joue d’un seul trait. Au fil des concerts, nous modifions cette pâte sonore afin de ne pas nous ennuyer.

 

Est-ce que vous imaginez vos sets avec un fil narratif ?

Non, ce n’est pas aussi explicite que cela. Nous avons d’ailleurs discuté de cela dans le groupe. C’est un fil qui nous mène d’un bout à l’autre du concert avec des moments plus énergiques, des moments plus calmes.

 

Est-ce pour garder une certaine tension tout au long du concert ?

C’est exactement cela. Pour nous, cela crée une tension parce que le moindre pépin technique prendre d’énormes proportions. On ne s’arrête pas toutes les cinq minutes. Nous avons appris à gérer cela, à avoir de petites astuces. Au delà du stress, il y a en effet une tension qui s’installe et que nous adorons. Ce marathon nous implique d’autant plus physiquement. A la fin du concert, nous sommes rincés.

 

Est-ce que le travail du studio ne vous est pas apparu trop fade ?

Le studio, c’est une autre démarche. Cela fait partie de la création. Il est vrai que l’origine du groupe se situe dans le live et que le travail de studio est venu après. Nous sommes six, six à composer, six à décider. Le tout avec un esprit bienveillant. Nous sommes en fait un couple à six personnes. Chacun apporte sa créativité, s’ouvre aux idées de l’autre. C’est vrai, dans le studio, nous n’avons cette urgence ressentie sur scène. Nous essayons de la recréer, de la retranscrire dans un morceau.

 

 

Est-ce que votre musique est instinctive ?

Nous avons deux manières de composer. Nous pouvons être tous à nos instruments et lancer des idées. On voit ensuite ce qui peut se passer. Il arrive aussi qu’un de nous arrive avec une idée en tête et nous la développons.

 

Comment avez-vous travaillé sur votre album à partir de cette « pâte sonore » ?

Les morceaux de l’album sont des extraits de ce live. Nous les avons travaillés pour qu’ils deviennent des singles. C’était obligatoire pour entrer dans les formats radio. Tout comme le format album reste un passage obligatoire.

 

Est-ce que vous ne vous êtes pas sentis trop à l’étroit dans ses formats courts ?

Oui effectivement, le marché de la musique nous a imposé des contraintes. Mais nous ne pouvons pas y échapper. C’est un genre de carcan dans lequel on se dépatouille. C’est bien aussi de travailler sous la contrainte.

 

Vous tournez depuis plusieurs années avec les titres qui figurent sur l’album. Avez-vous envie de franchir une autre étape avec de nouveaux morceaux ?

Nous adorons ce live et nous avons mis pas mal de temps à le mettre en place. Il n’y a aucune lassitude. Nous sommes en ce moment en train de composer un nouvel album et nous allons intégrer les nouveaux morceaux petit à petit dans le set.

 

 

  • Jeudi 16 octobre à 20 heures sous chapiteau, fort de Tourneville au Havre. Tarifs : 24 €, 20 €. Réservation sur www.ouestpark.com
  • Lire également l’article sur Ez3kiel, sur Aloha Orchestra

 

La programmation de Ouest Park

  • Jeudi 16 octobre : Ez3kiel, Sarah W_Papsun, Griefjoy, We Are Wolves, Aloha Orchestra, Shopping
  • Vendredi 17 octobre : Vitalic, Brodinski, N’To, Carbon Airways, Moodoïd, Agoria, Salut c’est cool
  • Samedi 18 octobre : Selah Sue, Danakil, Electro Deluxe, Bombay, Show Pig, Birth of joy, The Bellrays, Fakear
  • Dimanche 19 octobre : Vunderbar, Nino, Bamboo for Chopsticks, Vincent Lanouvel