David Bobée, directeur du CDN de Normandie Rouen, apporte son soutien à Kirill Serebrennikov, metteur en scène et réalisateur russe, et mobilise le monde de la culture.

 

La question de la liberté de penser et de créer sera-t-elle un sujet de conversation entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine ? Le président français reçoit lundi 29 mai à Versailles son homologue russe pour le vernissage de l’exposition qui célèbre le 300e anniversaire de la visite du tsar en France en 1717. Dernier fait : Kirill Serebrennikov, metteur en scène et réalisateur, a été arrêté et assigné à résidence à Moscou le 23 mai par la police russe. Son domicile et le Gogol Center, le théâtre qu’il dirige depuis 2012, ont été perquisitionnés. Il est accusé d’avoir détourné plus de 3 millions d’euros.

David Bobée, directeur du CDN de Normandie Rouen, connaît bien Kirill Serebrennikov, artiste international reconnu. Il le considère comme son « frère de théâtre ». Il est allé plusieurs fois travailler dans son théâtre où il a remonté Fées, Hamlet. Ensemble, les deux metteurs en scène ont créé Metamorphosis, une vision d’un monde désenchanté, avec les comédiens du Studio 7. Sur l’homme, David Bobée n’a « aucun doute » sur son intégrité, son « engagement artistique. Il fait tout pour que le théâtre Gogol existe. Kirill a un amour pour les comédiens. Il travaille pour eux et pas eux. Ce n’est pas l’argent qui l’anime. En Russie, il est difficile de respecter les règles de fonctionnement. Il faut faire des pirouettes si on veut vraiment faire du théâtre. Si on est loyal envers le pouvoir, il n’y a pas de problème ».

Que reproche-t-on à Kirill Serebrennikov ? D’être justement trop critique envers les dirigeants russes, le pouvoir corrompu, la religion jugeant les créations de l’artiste russe d’art dégénéré ou de théâtre pédophile. En résumé, il dérange. « Kirill a la certitude de la nécessité politique du théâtre. Tout en divertissant, ses spectacles ont des fins politiques pour comprendre le monde dans lequel on vit ». Ce n’est pas la première fois que le metteur en scène de 47 ans est inquiété. « Il a déjà reçu plusieurs pressions, des menaces d’agression et de mort », se souvient David Bobée.

Le directeur du CDN de Normandie Rouen a rédigé une lettre de soutien signée par plusieurs artistes et personnalités du monde culturel, tels que Benoît André, secrétaire général du théâtre national de Chaillot, Philippe Chamaux, directeur adjoint du CDN de Normandie Rouen, Marcial di Fonzo Bo, directeur du CDN de Normandie Caen, Thomas Jolly, metteur en scène et directeur artistique de la Piccola Familial, Olivier Py, directeur du festival d’Avignon, André Markowicz, traducteur, Françoise Morvan, écrivaine, Françoise Letellier, directrice de la scène nationale des Gémeaux, Didier Deschamps, directeur du théâtre national de Chaillot, Arthur Nauzyciel, directeur du théâtre national de Bretagne….

 

 

La lettre

Nous, confrères, consoeurs, collaborateurs.trices et ami.e.s de Kirill Serebrennikov, du Gogol Center, du projet Platform et du Studio 7, dont la réputation vient d’être malmenée, souhaitons leur apporter notre soutien indéfectible.

Nous manifestons notre profonde inquiétude concernant le traitement inadéquat qui a été réservé à ce grand artiste international. Comment ne pas y voir une énième tentative d’intimidation ?

Nous sommes les témoins et parfois les proches collaborateurs de la mise en place du passionnant projet Plateform, de la création du Gogol Center et du Studio 7.

Nous affirmons connaître Kirill Serebrennikov, connaître son engagement, son honnêteté, sa probité et son courage à affirmer un art politique dans un contexte difficile, souvent violent, celui de la Russie contemporaine.

Harcelé depuis de nombreuses années, ce trublion génial de la scène théâtrale et du cinéma russe paye douloureusement sa liberté de création. Il nous semble évident que c’est cette liberté qui est visée et que c’est l’un des lieux les plus contestataire de Moscou, qui est aujourd’hui attaqué.

Les forces armées et masquées qui ont pénétré le Gogol Center et le Centre d’art de Vinzavod, les perquisitions au domicile de Kirill Serebrennikov, les menaces et les pressions, les arrestations de ses équipes et de lui-même ne sauront faire taire sa liberté, ni son courage et encore moins ses nombreux soutiens internationaux, dont nous sommes.

Programmé sur les plus grandes scènes internationales et en France, au Festival d’Avignon, au Festival de Cannes, au Théâtre national de Chaillot, et sur nos nombreuses scènes nationales, celui qui a si souvent invité des artistes français.es à créer des spectacles en Russie – avec les acteurs du studio 7, au Gogol Center ou pour le projet Platform – celui qui est l’un des plus fervent artisan de l’amitié franco-russe, celui que nous avons vu porter à bout de bras le théâtre russe le plus contemporain, le plus politique, le plus brave, celui qui a reçu des menaces de mort – souvent -, celui qui, depuis tant d’années, essuie les calomnies d’une certaine presse liée au pouvoir, les pressions politiques ou religieuses depuis tant d’années est aujourd’hui combattu de cette façon là.

Qu’il sache, qu’il n’est pas seul, qu’en France et en Europe, des voix s’élèveront, à commencer par les nôtres, que la communauté artistique et culturelle du monde entier regarde la Russie et saura se faire entendre.

Nous serons ses porte-voix par delà les frontières.

Tout notre soutien à Kirill Serebrennikov et à ses équipes, nous vous affirmons notre confiance et notre amitié en nous joignant à la communauté artistique russe qui manifeste, depuis quelques jours, sa profonde indignation.

Nous sommes à vos cotés.