Lors de ce deuxième Temps des collections qui se tient jusqu’au 19 mai, le musée des Beaux-Arts présente six expositions scénographiées par Olivia Putman. L’une est consacrée à François Morellet.

 

morelletFrançois Morellet est un artiste truculent, drôle qui se moque de lui et parle de son travail avec un certain détachement et une grande humilité. A 87 ans, il a gardé un sacré sens de l’humour et son côté subversif.

Peintre, graveur, sculpteur, François Morellet qui est passé de la figuration à l’abstraction géométrique a toujours posé un regard singulier sur l’histoire de l’art et interrogé la notion de chef-d’œuvre dans cette série des Défigurations, commencée en 1988.  « Ça m’amuse ». Dans cette réflexion, il intervient directement dans les musées. Avec facétie, il défigure les toiles : il repère les visages des personnages peints et les remplace par des rectangles blancs. Il accroche ensuite ces « figures » sur un mur vierge pour retrouver la composition du tableau.

défigurations morelletAu musée des Beaux-Arts de Rouen, François Morellet a choisi l’œuvre monumentale d’Eugène Delacroix, Justice de Trajan, installée dans la salle du Jubé. Défiguration de la Justice de Trajan est une installation de 18 rectangles blancs sobre qui questionne la puissance de l’image.

 

 

 

  • Jusqu’au 19 mai, tous les jours, sauf le mardi et les jours fériés, de 10 heures à 18 heures au musée des Beaux-Arts à Rouen. Tarifs : 5 €, 3 €, gratuit pour les moins de 26 ans. Renseignements au 02 35 71 28 40.
  • Lire l’interview d’Olivia Putman